Les Bioindicateurs datasol :
fertilité biologique et résilience

Résilience

Capacité d’un sol à se régénérer après une dégradation.

Fertilité Biologique

Richesse d’un sol en macro et micro-organismes et capacité immédiate à restituer les nutriments essentiels à la croissance des plantes.

L’intérêt : caractériser l’habitat des organismes du sol, d’évaluer l’effet du système de culture et de l’itinéraire technique sur la structure du sol.

Le principe : observer dans un premier temps la surface du sol afin de repérer la présence d’une croûte de battance et des traces éventuelles d’érosion. Dans un second temps il s’agit d’extraire un bloc de sol et d’observer le mode d’assemblage de ce volume de sol qui renseigne sur la capacité d’infiltration de l’eau et la pénétration des racines (macroporosité d’assemblage). Ensuite on estime le volume de sol occupé par des zones tassées, indicateur de la présence d’obstacles à l’enracinement, à la nutrition des cultures et à la circulation des fluides

Notre partenaire : ISARA

L’intérêt : Les vers de terre ou « ingénieurs du sol » sont un bio indicateur important de la qualité biologique du sol. datasol opère un diagnostic des communautés lombricienne selon une méthode standardisée pour renseigner l’abondance et la diversité des 4 groupes fonctionnels potentiellement présents sur une parcelle.

Le principe :

  1. Les Epigés (Epi) vivent en surface dans les amas organiques et participent au fractionnement de cette matière organique (MO). Ils ingèrent peu de matière minérale (MM) et ne creusent pas de galerie…*
  2. Les Epi-Anéciques Têtes Rouges (ATR) et les Anéciques stricts Têtes Noires (ATN) sont des espèces de grande taille qui se déplacent dans l’ensemble du profil. Ils créent des galeries permanentes verticales, connectées à la surface. Ces galeries agissent sur l’infiltration de l’eau et sur la rugosité de surface. Ils participent également au brassage de la MM et de la MO par la fragmentation et l’enfouissement des résidus de cultures (pailles, sarments, …) …*
  3. Les Endogés (End) ne remontent presque jamais à la surface du sol et se nourrissent de la MO plus ou moins dégradée. Ils creusent des galeries temporaires généralement horizontales très ramifiées, ce qui va augmenter la capacité de rétention en eau des sols…

La structure taxonomique rend compte du nombre d’espèces et sous-espèces (c’est-à-dire la richesse taxonomique totale) et des proportions de ces différents taxons rencontrés sur cette parcelle. Ces informations taxonomiques constituent une indication sur la qualité biologique du sol.

Pour plus de détails sur les rôles des vers de terre, n’hésitez pas à consulter : http://ecobiosoil.univ-rennes1.fr

Notre partenaire : OPVT – EcoBIO Université de Rennes1

Les microorganismes (bactéries et champignons) sont les organismes les plus abondants et diversifiés du sol. Ils sont impliqués dans toutes les fonctions clés. L’analyse du patrimoine microbiologique renseigne sur son état biologique et sur ses potentialités fonctionnelles directement liées à la qualité et la durabilité des systèmes de production (agricoles et autres)

Plusieurs indicateurs nous renseignent sur la qualité de microfaune du sol :

  1. La biomasse moléculaire microbienne: Elle est mesurée par la quantité d’ADN microbien extrait de votre échantillon. C’est un indicateur d’impact de l’usage de votre sol.
  2. Le Rapport Champignons/bactéries: permet de détecter un éventuel déséquilibre microbien qui peut avoir des répercussions négatives sur le fonctionnement biologique de votre sol (ex: minéralisation de la matière organique…).
  3. La diversité microbienne: mesurée par le séquençage massif de l’ADN de votre sol. Elle est déclinée en un indicateur de richesse de bactéries et de champignons (en nombre de taxons). Ces indicateurs renseignent sur le fonctionnement biologique du sol (minéralisation matière organique, dépollution, stabilité structurale…) et sur ses capacités de résilience qui sont en lien direct avec la durabilité de votre système de production.

Notre partenaire : Novasol Experts

L’intérêt : La méthode du LEVAbag MD a pour but d’estimer la dégradation de la litière souterraine dans un sol agricole en calculant sa perte en masse au cours du temps.

Le principe :

  1. Remplissage des sacs de nylon (maille 1mm) de matière organique (paille céréales). Détermination de la masse sèche avant enfouissement.
  2. Enfouissement des sacs à 10cm de profondeur pendant 4 mois. Mécanismes de dégradation : fragmentation par la mésofaune, décomposition par les microorganisme.
  3. Récupération des sacs et retour au LEVA. Détermination de la masse sèche après enfouissement.
  4. Estimation de la perte massique et évaluation de la capacité des microorganismes (sélectionnés par taille de la maille) à dégrader cette matière organique dans ce sol

Notre partenaire : Esa d’Angers

Le bioindicateur « Nématofaune » est basé sur l’étude de l’ensemble des nématodes du sol, organismes vermiformes microscopiques de l’ordre de 1 millimètre de longueur. Les nématodes forment dans le sol des communautés très diverses dont les caractéristiques intrinsèques en font des bioindicateurs pertinents du fonctionnement biologique des sols :

  1. Ubiquité : ils sont présents dans tous les milieux, sous tous les climats, à toutes les latitudes
  2. Abondance : dans un sol ordinaire, il y a souvent plus d’1 million de nématodes par m2
  3. Rôle clé dans la chaîne trophique, en particulier, rôle de régulateurs des micro-organismes
  4. Sensibilité aux conditions du milieu et aux perturbations physiques ou chimiques
  5. Grandes diversités taxonomiques et fonctionnelles : la première renseigne sur la multitude des espèces présentes, la seconde est liée à la diversité des comportements alimentaires (bactérivore, fongivore, prédateur) et aux caractéristiques démographiques des nématodes (taux et vitesse de reproduction). La prise en compte de ces caractéristiques permet de définir différents groupes fonctionnels de nématodes.

Chaque sol est caractérisé par les abondances des différents groupes fonctionnels de nématodes (abondances des nématodes libres, abondance des nématodes phytoparasites) et par des indicateurs nématofauniques (diversité, EI, SI, IVD). Le référentiel ELISOL (ELIPTO©-V2sept2018) permet l’interprétation des paramètres nématofauniques dans le contexte spécifique d’un système de culture (grandes cultures, vigne, …)

Notre partenaire : Elisol Environnement

Une équipe à l’écoute

Nos Ingénieurs Sols Durables sont expérimentés dans le conseil technique et l’animation de groupes d’agriculteurs.

Pour plus d’information, contactez-nous :